La chancellerie revoie sa copie… …Place à la consultation

A l’issue de sa rencontre avec Nicole Belloubet, Jean-François Forget, secrétaire général de l’Ufap-Unsa, a évoqué « des avancées » par rapport au « projet d’accord » présenté vendredi et que son syndicat et la CGT avaient rejeté.

« On est passé de 30 millions à 34 millions d’euros pour les indemnités, la création de 1.100 postes (pour 40 millions d’euros) et l’aménagement de 1.500 places pour les détenus radicalisés dans des quartiers spécifiques et totalement étanches », a déclaré Jean-François Forget.

http://www.ufap.fr/

L'UD Unsa 86 apporte tout son soutien aux syndicalistes UFAP Unsa Justice et aux personnels en grève pour défendre leurs conditions de travail.

Lire la suite

Jean François Forget secrétaire général de l’UFAP UNSA Justice a brillamment défendu et porté les revendications des surveillants pénitentiaires sur France 2.

Suite à l’agression de plusieurs surveillants, un mouvement fort de protestation s’est développé dans les prisons françaises depuis une semaine, posant à la fois la question de la sécurité et des conditions d’exercice du métier.

http://www.ufap.fr/

secretariat.federation@ufap.fr

L'UD Unsa 86 apporte tout son soutien aux syndicalistes UFAP Unsa Justice et aux personnels en grève pour défendre leurs conditions de travail.

Lire la suite

Vivonne : les surveillants exposent leurs revendications aux élus

http://www.ufap.fr/

L'UD Unsa 86 apporte tout son soutien aux syndicalistes UFAP Unsa Justice et aux personnels en grève pour défendre leurs conditions de travail.

Blocage et discussions. C'est le menu du jour au centre pénitentiaire de Vivonne. Le "menu" du petit déjeuner, dès 6 h ce matin, c'était la reprise du blocage après une journée de pause hier. "Nous avons retardé la prise de service des collègues de jour d'une demi-heure et retardé l'entrée de la direction pour marquer notre mépris face à leur double langage", explique Jérôme Rivallin de l'Unsa Ufap Justice. Ce mouvement national a été lancé suite à des agressions de surveillants par des détenus radicalisés. Les personnels réclament plus de moyens. Ce sera le "menu" de ce midi, alors que les syndicats pénitentiaires ont invité les parlementaires et élus du département pour discuter de leurs problèmes. "Nous voulons les informer de la situation sur place et leur demander de peser dans les discussions", indique Cédric Bert, secrétaire local de l'Ufap. L'article 57 de la loi pénitentiaire concernant les fouilles à corps constitue un préalable indispensable pour les surveillants. Le régime des fouilles systématiques a été plusieurs fois condamné par la justice. "Si on ne veut pas l'appliquer, que l'on se donne au moins les moyens en installant des portiques de détection", insiste Jérôme Rivallin. "Sarkozy l'avait annoncé, les décrets n'ont jamais suivi." Ce midi, peu de parlementaires seront présents. Ils sont retenus à Paris, mais leurs assistants seront là. "Jean-Michel Clément va essayer de se libérer d'une réunion à Charroux. Nous avons contacté Olivier Chartier pour faire venir Jean-Pierre Raffarin à l'origine de l'implantation du centre pénitentiaire, mais on n'a pas de réponse pour le moment", indiquent les syndicalistes. Le président du département, les maires Poitiers et de Vivonne devraient venir ainsi que des conseillers départementaux du secteur

Lire la suite

Non à des ordonnances déséquilibrées, signez la pétition en ligne

Prétendre réguler les relations de travail en les déséquilibrant au profit des chefs d’entreprise, c’est oublier l’objectif de justice que doit viser la loi. Dans le domaine du Travail, cela implique de compenser par le droit la relation de subordination entre le salarié et son employeur, de conforter la possibilité de représentation collective de salariés que leur contrat individuel de travail isole.

- En facilitant les licenciements, allant jusqu’à imposer à la justice prud’homale une limitation des indemnités versées aux victimes de licenciements illégaux, - en réduisant les moyens et la capacité de représentation collective des salariés en entreprise, à travers l’imposition d’une instance unique du personnel, - en ouvrant la voie à des négociations dans l’entreprise sans organisation syndicale, les projets d’ordonnance déséquilibrent les relations de travail.

Equilibrer les relations de travail, c’est une question de justice sociale autant que d’efficacité économique. C’est pourquoi nous, soussignés, demandons au gouvernement de renoncer à ces mesures.

Lire la suite

L'union régionale UNSA Nouvelle-Aquitaine en formation

L'union régionale UNSA Nouvelle-Aquitaine a organisé les 01 et 02.06.2017 une formation pour les nouveaux membres des Comités Départementaux de la citoyenneté et de l'autonomie en lien avec le Centre de Formation d'Etude de l'UNSA. 34 personnes y ont participé.

Nos représentants départementaux étaient présents, à savoir Bernard Pouit, Richard Fraigneau et Pierre Antoine Denis. L'objectif de cette formation était de se familiariser avec ce nouveau dispositif et de se sensibiliser aux nouvelles dispositions législatives relatives à l'autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées.
Cette action s'est déroulée dans une ambiance conviviale et remplie d'échange.

Lire la suite